Fartage Ski : Comment Farter ses Ski ?

Farter un ski fait partie de l’entretien nécessaire du ski alpin

Farter ses skis est indispensable pour conserver chaque saison une bonne qualité de glisse et assurer une bonne longévité à chaque ski de sa paire. En effet, un ski qui n’est pas régulièrement farté adhère moins bien à la neige et se dégrade plus rapidement.

Cependant, cette étape de l’entretien du ski peut vite s’avérer compliquée. Quand farter son ski, où et à quelle fréquence, comment le faire soi-même, il peut être difficile de savoir exactement comment réussir le fart de son ski.

Pour vous aider, Barooders vous explique ce qu’est le fartage de ski, son importance et comment procéder pour farter votre ski : 

Le fartage de ski consiste en l’application d’un fart de ski sur la semelle du ski

Crédits : Stöckli

Qu’est-ce que le fartage d’un ski ? 

Le fartage de ski consiste à appliquer un fart - une couche protectrice - sur la semelle du ski (partie en contact avec la neige). Le fart prend la forme d’une cire, solide ou en spray, composée d’un mélange de produits hydrophobes (qui repoussent l’eau) qui s’applique sur toute la surface de la semelle. 

Farter un ski fait partie de l’entretien nécessaire du ski alpin, avec un bon stockage et un bon affûtage, indispensable pour préserver la qualité de la glisse et la santé globale de son équipement.  

Faut-il farter un ski neuf ? Oui, il est tout à fait possible de réaliser un fartage pour un ski neuf, et ce, même si celui-ci a déjà été farté en usine. Farter un ski fréquemment, qu’il soit neuf ou usé, n’entraîne pas d’usure prématurée. On peut donc farter son ski neuf sans danger. 

Pourquoi farter un ski ? 

Farter un ski régulièrement aide à préserver la qualité des semelles de ski à chaque saison, qui, soumis à un usage régulier et aux éléments naturels, se dégrade progressivement. Appliquer un fart permet de :

  • Conserver une bonne glisse sur les pistes
  • Bénéficier d’une meilleure accroche sur la neige
  • Augmenter la longévité de son équipement 

Sur les pistes, le contact de la semelle de ski avec la neige crée une friction créant un film d’eau, permettant aux skis de glisser. Au fil du temps, la semelle du ski va s’user et s’oxyder (rayures blanches) au contact de la neige, des irrégularités des pistes de ski et des éléments naturels (lumière UV, oxygène, abrasion de la neige, températures extrêmes).  

De plus, au fil des descentes, une fine couche d’impuretés se dépose sur la semelle : pellicules d’eau, d’huile de dameuse, poussières, végétaux, etc, qui vont diminuer l’adhérence et la qualité de glisse du ski.  

Le fartage d’un ski alpin permet d’augmenter l’épaisseur du film d’eau sur lequel on glisse, facilitant l’écoulement des pellicules d’eau, de freiner le processus d’oxydation et d’éliminer la couche indésirable en nettoyant en profondeur la surface de la semelle et en lui appliquant une couche protectrice.  

Farter un ski garantit aussi la bonne santé de vos skis, permettant de conserver la flexibilité du ski et d’éviter la rouille des carres (la partie métallique située sur les bords du ski) du fait de l’humidité, lorsque les skis sont rangés après la saison.

Le fartage permet à la semelle de ski de mieux glisser sur la neige

Quand farter ses skis ? 

Il est recommandé de farter ses skis au minimum 2 fois au cours de l’année : 

  •  Au début de la saison, pour les nettoyer des saletés accumulées pendant leur stockage d’été, 
  •  À la fin de la saison, afin d’évacuer toute impureté ou pellicule d’eau pouvant abîmer le ski durant son stockage.  

Toutefois, la fréquence du fartage de ski doit aussi prendre en compte d’autres critères, comme la fréquence et l’intensité d’utilisation, la pratique du skieur, le type de neige et la qualité des semelles. Un skieur ponctuel ou occasionnel pourra réaliser un fartage de ski 3 fois durant l’année, tandis qu’un skieur de compétition devra farter ses skis avant chaque descente, pour garantir une glisse optimale. 

Une neige douce offrant une glisse plus naturelle et agréable ne demande pas de farter trop souvent ses skis, alors qu’une neige plus dure, plus abrasive, sera plus agressive sur la semelle et nécessitera un fart de ski répété, pour éviter une dégradation trop rapide. 

Enfin, la pratique du skieur influe sur la fréquence du fartage d’un ski alpin. La pratique du freeride demande un fartage toutes les 2 ou 3 sorties, car les pistes parcourues comprennent souvent des rochers ou des végétaux pouvant abîmer plus rapidement la semelle du ski.  

Vous êtes à la recherche du meilleur ski d’occasion pour cet hiver ? Retrouvez sur Barooders notre grande sélection de skis nus, packs skis, et tous les accessoires de ski, jusqu’à 70 % de réduction ! 

Faire farter ses skis par un professionnel 

La méthode la plus simple pour faire farter ses skis est de les confier à un professionnel. En effet, si vous n’avez pas le temps, le matériel, ou ne considérez pas devoir farter votre équipement régulièrement, vous rendre chez un professionnel vous permet d’obtenir un fartage efficace qui répond à vos besoins en quelques instants.  

Où faire farter ses skis ? Vous pouvez faire farter vos skis dans un atelier spécialisé ou au sein d’un magasin d’équipements de sport d’hiver qui propose ce service, qu’il soit en station de ski ou en ville.  

Quel est le tarif d’un fartage de ski chez un professionnel ? Un fartage coûte en moyenne entre 10 € et 20 € s’il est réalisé en atelier. Associé avec un affûtage, soit un entretien complet du ski, le prix d’un fartage de ski est d’environ 30 € à 40 €.

Le tarif du fartage de ski est d’environ 15 € chez un professionnel

Crédit : Stöckli 

Comment farter ses skis alpins soi-même ?  

Vous pouvez réaliser un fartage de ski maison, chez vous, à condition d’être bien équipé et de savoir comment procéder. Farter son ski alpin soi-même se fait en 5 étapes : 

  • Choix du fart de ski selon le type de neige et de terrain pratiqué,
  • Nettoyage préliminaire du ski,
  • Application du fart de ski sur la semelle,
  • Raclage du fart,
  • Brossage et nettoyage du ski. 

À noter que pour le fartage de ski de fond skating, il faut ajouter une étape supplémentaire au processus. En effet, à la fin du fartage du ski de fond, il faut passer une couche de fart de retenue, qui augmente le frottement du ski sur la neige et empêche un recul lors d’un appui de poussée. 

Matériel nécessaire pour farter un ski 

Avant de commencer à farter des skis vous-même, vous devez posséder le matériel suivant : 

  • 1 établi stable
  • 1 étau à ski,
  • 1 fer à farter,
  • 1 racloir en plexiglas,
  • 1 brosse en laiton ou en poil de sanglier,
  • 1 pain de fart (universel ou spécifique). 

L’étau à ski sert à maintenir droit un ski pour réaliser son entretien, et se fixe sur une table ou un établi. On en trouve dans les magasins de ski spécialisés ou dans des magasins de sport généralistes. 

Le fer à farter est indispensable pour les farts de ski qui doivent être chauffés avant d’être appliqués sur la semelle. Ce type de fer permet de régler la chaleur du fer à la température requise sur la notice d’utilisation du fart (autour de 100 °C pour un fart universel). Si vous n’en possédez pas, vous pouvez le remplacer par un fer à repasser traditionnel, à condition de pouvoir régler la température du fer au plus près des besoins du fart. 

Le racloir sert à débarrasser la surface de la semelle des résidus ou de l’excédent du fart. Pour ne pas risquer de rayer la semelle, il doit être choisi obligatoirement en plexiglas, et non en métal. De même, la brosse, servant à éliminer les derniers résidus, doit être adaptée au ski pour ne pas l’abîmer. L’utilisation d’une brosse en laiton (aussi appelée brosse en bronze) est fortement recommandée pour nettoyer efficacement le ski sans commettre de dommages involontaires.

 Farter des skis chez soi requiert un certain nombre d’équipements

Étape 1 : choix du fart de ski alpin 

Avant de commencer son fartage, il faut choisir son fart de ski. Il existe différents types de fart : des farts de ski universels, qui s’adaptent à toutes les pratiques et à tous les types de neige, et des farts spécifiques, utilisés uniquement dans certains cas.  

Ainsi, le choix d’un fart se fait en fonction de trois critères : 

  • La température de la neige,
  • Le niveau de performance désiré,
  • L’utilisation souhaitée. 

La température de la neige constitue un critère de choix essentiel pour le fart de ski. Choisir un fart pour le ski adapté au type de neige (fraîche, humide, glacée, etc.) permet d’optimiser la capacité de glisse du ski. Il existe 5 codes couleurs de fart :  

  • Fart blanc : fart universel,
  • Fart bleu et vert : température de la neige allant jusqu’à -32 °C,
  • Fart violet : températures entre -6 et -12 °C,
  • Fart rouge : température entre -4 °C et +1 °C (neige de fin de saison généralement),
  • Fart jaune : température au-dessus de 0 °C (neiges très humides). 

Pour son entretien, le skieur peut choisir entre un fart solide (en pain) ou liquide (en spray ou en aérosol). Les farts solides doivent être chauffés par un fer (à farter ou à repasser) et être appliqués fondus sur le ski, ce qui peut être difficile pour les personnes ne maîtrisant pas le procédé ou n’ayant pas le matériel adéquat.  

Un fart en spray, ou fart à froid, permet de s’affranchir de l’étape de chauffe du fart et facilite la réalisation du fartage. Il reste toutefois considéré comme un fart d’appoint, moins efficace qu’un fart de ski solide, qui accroche mieux à la surface et résiste plus longtemps. 

Il existe également des farts pour le ski fluorés, enrichis en fluor, qui permettent d’améliorer encore la glisse du ski. C’est le cas notamment des farts pour ski de compétition, farts HT, ou High Fluor, qui s’utilisent avant chaque descente. Pour les skieurs débutants ou occasionnels, choisir un fart fluoré n’est ainsi pas nécessaire. 

Le fart de ski se choisit selon la température de la neige

Étape 2 : nettoyage du ski 

Le nettoyage du ski consiste à brosser la surface de la semelle du ski dans le sens de la glisse, de la spatule (haut du ski) vers le talon (bas du ski) avec la brosse en laiton ou en poil de sanglier. Ce nettoyage permet de nettoyer la semelle de toutes ses impuretés avant l’application du fart. 

Si la surface est vraiment très sale, vous pouvez appliquer un défarteur liquide, qui retire les résidus d’un précédent fart, à l’aide d’un chiffon sur la surface de la semelle avant le passage de la brosse.

Farter ses skis se fait après avoir nettoyé la semelle avec une brosse

Étape 3 : application du fart 

L’application du fart se fait en 2 temps : 

  1. Chauffe du fart à l’aide du fer à farter,
  2. Répartition du fart sur l’ensemble de la semelle à l’aide du fer. 

Commencez par régler la température du fer à farter selon les recommandations inscrites sur la notice d’utilisation du fart. Une fois le fer chaud, placez-vous au-dessus de la semelle du ski et approchez le bloc de fart du fer pour le faire fondre sur la semelle.  

Ensuite, répartissez le fart fondu sur l’ensemble de la semelle avec le fer à farter, en faisant des mouvements circulaires. Attention, cependant, à ne pas rester trop longtemps sur une zone afin de ne pas risquer de brûler la semelle. Une fois votre couche de fart bien répartie, vous devez laisser le fart durcir pendant 1 à 3 heures avant de passer au raclage.  

Pour les personnes ayant choisi l’application d’un fart à froid, avec un fart en spray ou un stick avec mousse applicable, l’application du fart sur la semelle se fait directement après le nettoyage. Les consignes d’application pour ce type de fart de ski variant selon les produits, il faut bien suivre les indications de la notice d’utilisation.

Pour le fartage des skis, il faut faire fondre le fart sur le fer avant de le passer sur la semelle

Crédit : Skieur 

Étape 4 : raclage du fart 

Une fois la couche de fart durcie, elle devra être retirée à l’aide du racloir en plexiglas pour enlever l’excédent de fart et obtenir une surface plane. Pour cela, commencez par racler les carres dans le sens de la glisse, sans faire d’allers-retours. Ensuite, raclez la semelle du ski, toujours dans le sens de la glisse. Cette étape peut être réalisée 2 ou 3 fois si nécessaire. 

À noter que lors du fartage de ski alpin de fin de saison d’hiver, vous pouvez laisser tout le fart sans le racler, afin de laisser une couche protectrice sur la semelle. Il faudra simplement racler l’excédent de fart lors du début de saison prochain.

Le fartage d’un ski alpin se termine par le raclage et le brossage de la semelle

Crédit : VTR Voyages 

Étape 5 : brossage et nettoyage 

Maintenant que la semelle est débarrassée du surplus de fart, il faudra réaliser un dernier nettoyage afin de retirer tous les résidus de fart restés sur la surface. Pour cela, passez la brosse de la même manière que dans l’étape 1, en suivant le sens de la glisse. Une fois le brossage terminé, vous pouvez chausser vos skis et tester leur nouvelle qualité de glisse retrouvée.

Vous savez à présent en quoi consiste le fartage de ski et comment farter ou faire farter vos skis. Une fois le fartage de début de saison effectué, vous pourrez profiter des pistes en toute sérénité.


Laissez un commentaire

Ce site est protégé par reCAPTCHA, et la Politique de confidentialité et les Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.